tableau de bord stratégique:

Diagnostiquer L’approche ZÉro Covid

Q2 2022 – Mai

À titre de deuxième économie mondiale en importance et de noyau des chaînes logistiques, la Chine a une influence considérable sur la croissance mondiale. Il est donc impératif d’avoir un point de vue informé sur la trajectoire de l’économie chinoise pour toutes les prévisions macroéconomiques et toutes les décisions relatives aux investissements. Cela est parfois plus facile à dire qu’à réaliser. Il peut être difficile de comprendre le système politique chinois, car ses normes culturelles, ses priorités gouvernementales et sa structure institutionnelle diffèrent grandement de ce que nous connaissons dans le monde occidental. Nous avons travaillé avec diligence (et continuons de le faire) pour élargir notre compréhension. En raison de l’importante volatilité du marché financier et de l’économie qu’a connue la Chine récemment, un sommaire actualisé de notre analyse s’impose.

Il est utile d’examiner d’abord le contexte et les événements qui ont contribué à informer notre perspective actuelle. Un tiraillement a émergé au cours des dernières années entre deux des priorités stratégiques de la Chine : favoriser la prospérité économique et rectifier les risques et déséquilibres financiers systémiques. De plus, les confrontations avec les États-Unis ont rapidement augmenté au cours de l’administration Trump alors que les barrières tarifaires et autres hostilités commerciales nous ont forcés à nous concentrer davantage sur l’autosuffisance et l’innovation. En 2021, une campagne visant à maîtriser la croissance du crédit, la spéculation du marché immobilier et à réguler le secteur de l’internet national a secoué l’économie et le marché financier. Les promoteurs immobiliers ont fait face à un fort resserrement du financement et le capital étranger a fui les titres précurseurs internet chinois. 

Dès la fin de 2021, la situation était sans équivoque. La priorité de la politique devait passer de la réglementation à la stimulation dans le but d’empêcher la détérioration des fondements économiques de faire boule de neige en un repli marqué. La situation a commencé à changer lentement, en commençant par des coupures au coefficient de couverture des banques, ce qui a eu pour effet de stimuler les liquidités nationales. En ce qui concernait le marché boursier chinois optimisé par la politique, les choses prenaient une tournure positive. Puis arrivèrent les confinements. Alors que la plus grande partie du monde était passée à une stratégie consistant à « vivre avec le virus », la Chine confinait Shanghaï et de nombreuses autres villes importantes en citant une approche de tolérance zéro aux éclosions de COVID.

À très court terme, les dommages seront graves. Le tableau ci-dessous montre la chute des ventes au détail et de la production industrielle après une reprise brusque suivant les confinements initiaux en 2020. Les mesures de santé publique sont de toute évidence beaucoup plus difficiles à prédire que les mesures économiques. Cependant, tout comme le ralentissement induit par la réglementation, les décideurs politiques ne peuvent tolérer qu’un certain niveau de difficultés économiques. Nous ne prétendrons pas connaître l’échéancier exact de réouverture ou de l’engagement des autorités chinoises envers des politiques « zéro COVID ». Mais les cloches d’alarme économique ont officiellement été sonnées. Le premier ministre Li Keqiang a fait une rare allocution diffusée à l’échelle nationale aux dirigeants gouvernementaux locaux les exhortant à un allègement économique, tandis que Shanghaï met fin à la majorité des restrictions liées au confinement au 1er juin (et mettant en vigueur simultanément 50 mesures visant à stabiliser l’économie municipale).

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de cette situation en évolution? En ce qui concerne l’économie mondiale, les implications à court terme seront nettement négatives. Le « brusque arrêt » de l’activité économique chinoise aura de foudroyants effets de longue portée qui se feront sentir autour du monde, multipliant l’effet du choc des prix des marchandises causé par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cependant, les confinements prendront fin éventuellement et serviront à accélérer un pivot procroissance des décideurs politiques chinois qui était déjà amorcé avant même que commence l’éclosion de COVID. Cela devrait fournir un soutien essentiel au PIB mondial et contribuer à compenser le préjugé belliciste des banques centrales des pays à économie développée. En ce qui concerne les actions chinoises, les événements dramatiques s’étant produits à ce jour ont entraîné des déboursements importants et des évaluations de passation de marché. Il s’agit là d’une configuration favorable aux rendements futurs, particulièrement lorsqu’on tient compte de la sensibilité inhérente de la classe d’actifs aux changements dans l’élaboration des politiques.

ESPÈCES

La capacité des espèces et des équivalents de trésorerie à atténuer la volatilité est actuellement attrayante, alors que les craintes du marché liées à la guerre risquent de persister à court terme. Toutefois, les chocs récents relatifs aux prix des marchandises auront pour effet de retarder le refroidissement des pressions inflationnistes, ce qui exacerbera l’érosion du pouvoir d’achat pour les avoirs liquides. Nous avons augmenté modestement les liquidités à des niveaux presque neutres dans les portefeuilles de clients.

OBLIGATIONS

Les obligations des marchés émergent (ME) restent l’une des sources viables (mais peu nombreuses) de rendement véritable dans les marchés mondiaux des instruments à taux fixe. Nous nous attendions antérieurement à ce que les hausses des taux des obligations ME atteignent la fin de leur cycle, mais il est plus probable que la flambée des prix des marchandises prolonge le cycle. Nous maintenons notre position surpondérée en dette ME, mais avons réduit l’exposition pour ce trimestre.

ACTIONS

La vente inconsidérée a créé de nombreuses possibilités dans les marchés boursiers mondiaux alors que les risques liés à la stagflation ont été surestimés. De manière plus importante, les deux plus grandes économies mondiales (les États-Unis et la Chine) devraient s’avérer résilientes, car les ménages américains sont en bonne situation financière et la politique chinoise avait déjà pris son essor avant le début des confinements et la guerre en Ukraine. Nous avons profité de la faiblesse du marché en augmentant l’exposition aux actions dans les portefeuilles des clients.

OPPORTUNITÉS

Hong Kong et l’Australie fournissent tous deux une exposition au pivot en réaction à la politique stimulante en Chine. Toutefois, le faible taux de vaccination à Hong Kong continue de nécessiter des mesures punitives de confinement en raison de la COVID alors que l’Australie pourra tirer avantage de la substitution des importations Russes. Ce trimestre-ci, nous avons réduit l’exposition aux actions de Hong Kong dans les stratégies équilibrées et croissances, et ajouté à l’exposition aux actions australiennes dans les stratégies à revenu et équilibrées.

Portrait of David Kletz, VP & Portfolio Manager of Forstrong Global.

David Kletz

Vice-président, gestionnaire de portefeuille

Voir le profil